Historique

Ce château est le siège de la châtellenie d’Autry la Ville qu’on date de la fin du XVème siècle, c’est à dire la période de la Renaissance, en raison notamment d’éléments architecturaux très caractéristiques, notamment la porte d’entrée de la grande tour. Il date à peu près de la même période que le château de Gien ou celui de Blancafort et de beaucoup d’autres demeures seigneuriales de la région.

La période médiévale des châteaux forts qui avaient un rôle essentiellement de défense, permettant à tous les habitants de se protéger des invasions est révolue. On ne fait plus de château forts, sans fenêtre avec des meurtrières mais de grandes demeures avec des fenêtres qui ouvrent sur le jour et des douves comme éléments de décoration. Surtout, on essaie d’aménager les anciennes places fortes à la mode du temps pour ne pas avoir tout à reconstruire. On retrouve au Petit Château des parties antérieures au XVème siècle telles la cave qui est composée de voutes romanes et certaines parties de tour dont on aperçoit les meurtrières sous le crépi.

Depuis l’origine, les seigneurs d’Autry la Ville furent souvent communs avec ceux des seigneuries voisines (les seigneurs d’Autry le Châtel au Vieux Château d’Autry, les seigneurs de Saint Brisson et de Cernoy).

Au XVIIème siècle, Louis Turpin de Crissé, comte de Sansay épousa Anne Marie de Coulanges, cousine de la Marquise de Sévigné, dont les lettres notamment à sa fille font l’honneur de la littérature française. Elle fit plusieurs séjours à Autry chez sa cousine. On retrouve notamment une lettre qui commente la mauvaise qualité des chemins entre Chatillon sur Loire et Autry, alors qu’elle arrivait par bateau sur la Loire.

Pendant la révolution le marquis de Saint Brisson, Maximilien Séguier qui avait épousé Mademoiselle Le Roy de Valmont, fille des seigneurs d’Autry, vint habiter Autry, où il se sentait plus à l’abri d’un environnement difficile.

En 1823, Madame Robert Colas des Francs acquit du colonel Séguier les terres d’Autry le Châtel (le Vieux Château) et d’Autry la Ville (le Petit Château), réemployant le produit de la vente de la maison de commerce à Orléans de son mari décédé, spécialisée dans les épices et le raffinage du sucre des Antilles.

Le Petit Château est dans la même famille depuis cette date. C’est une demeure privée dont les habitants sont heureux de vous recevoir.

Le 10 avril 2003, un incendie détruisit la charpente et les deux étages supérieurs. L’architecte PROST, également architecte pour le musée de Châteuneuf sur Loire, a reconstitué l’ensemble à l’identique, sous la surveillance de l’architecture des Bâtiments de France et avec l’aide de nombreux artisans.

Pour retrouvez des photos de l’incendie et de toute la reconstruction, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s